Actions culturelles

28.02.24

Quand l'électro s'invite dans les collèges

Pendant plus de trois mois, l’artiste-compositeur Augustin Garnier a proposé aux élèves de 4ème des collèges grenoblois Fantin-Latour et Lucie Aubrac de se plonger dans l’univers de la composition musicale par ordinateur. L’occasion de s’initier aux techniques de création sonore tout en découvrant l’origine de cette contre-culture.

Aux manettes du logiciel Ableton

Pour débuter, les rendez-vous étaient donnés aux collèges avec pour objectif une recherche approfondie sur les musiques électroniques et la prise en main du logiciel Ableton.

Après un premier temps de rencontre et d’échanges, les élèves se sont répartis en plusieurs petits groupes avec chacun un style précis sur lequel travailler : ambient, techno, house et drum'n'bass. Les collégien.ne.s ont ainsi pu découvrir les techniques de création musicale via ordinateur en passant tour à tour derrière le PC et en essayant de déplacer les sons, de modifier leur fréquence, leur variation. Au fil des séances, les goûts et les oreilles s’affinent et le morceau prend forme. Avec l’aide d’Augustin, les groupes créent petit à petit un thème principal qu’ils réarrangent ensemble en expérimentant les effets mis à leur disposition.

Chacun.e est toujours invité.e à donner son avis : faut-il dupliquer ce son ou bien faire évoluer la mélodie ? Tout le monde s’approprie les techniques et les termes de langage et vote à main levée pour choisir, ou non, une évolution.

C’est bien mais c’est un peu timide, et si on ajoutait une voix ?- Un élève

À la découverte des musiques électroniques

En parallèle de l’apprentissage sur Ableton, les groupes se retrouvent au CDI pour effectuer un travail de recherche sur les différents styles musicaux étudiés. En quête de l’histoire, de l’évolution, d’images, de liens d’écoute ou d’artistes référent.e.s, les collégien.ne.s de Fantin-Latour travaillent à la conception de grands panneaux pour une exposition finale. L’objectif : donner à voir et entendre à l’ensemble du collège ce que sont techno, house, drum'n'bass et ambient.

En partant à la découverte des musiques électroniques, certain.e.s laissent échapper quelques grimaces, d’autres remuent la tête ou montent le volume…En somme, des affinités musicales se créent dans ce nouveau champ des possibles.

Plus loin que la pratique, l’ambition d’Augustin est également de permettre à chaque élève d’envisager la musique (et plus largement le spectacle) comme un milieu professionnel dans lequel il est possible de faire carrière. Lors d’un temps de rencontre au Labo, il présente ainsi les différents métiers qui composent la filière, des plus connus à ceux qui sont aussi, parfois, dans l’ombre.

Les collégien.ne.s de Fantin-Latour font alors la connaissance de Gioya, DJ grenobloise et Jean-Pierre Maillard, ingénieur du son. Pour les élèves de Lucie-Aubrac, une visite de La Belle Électrique et ses coulisses est l’occasion de réaliser une interview enregistrée de Wax Tailor. Des temps d’échanges privilégiés pour mieux appréhender les parcours de chacun.e, poser des questions concrètes autour de leur métier et, peut-être, faire naître des vocations…

De la création au mixage au Labo de La Belle

Pour aller au bout du processus de création musicale, chaque groupe profite d’un temps au Labo de La Belle avec Nicolas Delmas, afin de mixer les morceaux. Une chouette opportunité de découvrir les techniques de mixage et surtout, d’en faire l’expérience. Si une petite poignée n’est pas convaincue par le avant-après, pour la plupart, le morceau prend une toute nouvelle couleur. Le tout relève d’un réel travail d’équipe et de communication puisque tout l’enjeu pour les élèves est de bien transmettre leurs intentions initiales à Nicolas.

Le résultat est sans appel : le mixage donne plus de relief à la musique et l’évolution entre les premiers jets et le résultat final est bluffante.

L’heure est à l’écoute

Vendredi 31 mars, l’ensemble des groupes de Fantin-Latour s’est donné rendez-vous en classe, en présence de leurs professeur.e.s, d’Augustin et de La Belle. Tour à tour, chacun a pu dévoiler le fruit de son travail : présentation du style musical choisi et d’artistes référent.e.s en la matière (David Guetta, Martin Garrix, Goldie, Netsky, Tycho…) puis écoute du rendu final de leur morceau.

Un moment hors du temps où les quatre sons créés laissent bouche bée l'auditoire. On oscille entre morceaux parfois sombres, lents et d’autres beaucoup plus punchy voire dansants. Ce temps d’écoute est également l’occasion de s’exprimer sur le morceau des autres et d’apprendre à verbaliser son ressenti face à la musique. On essaye, par exemple, de mettre des images sur des sons : “Cette musique me fait plutôt penser à un jeu vidéo” “Celle-ci à une course-poursuite dans un film”.

Les avis sont plutôt positifs :Moi j’ai bien aimé le drop avec la batterie après - Zélie mais aussi parfois négatifs J’ai trouvé ça bien mais un peu trop répétitif- Yannis.

A Lucie-Aubrac, le final se fait sous forme d’émission de radio animée par News FM. Deux élèves et Clémence Foucher (de La Belle) ont ainsi pu prendre le micro et donner leurs impressions sur ce projet mené à l’année. Un jolie restitution qui a également permis de diffuser des extraits de l’interview de Wax Tailor menée par les adolescent.e.s et d’écouter les morceaux réalisés.

"J’ai été le premier surpris du résultat, j’espère que pour vous aussi, ça a été une belle surprise”

Augustin Garnier

Effectivement, la surprise est de taille pour tout le monde et donne envie d’en entendre davantage. Et si les ateliers n’ont peut-être pas créé de vocation ils auront au moins permis aux élèves “de découvrir de nouvelles choses et d’en apprendre plus sur les musiques électroniques” -Yannis

Un travail qui aura su satisfaire adolescent.e.s comme adulte.s car on nous dit dans l’oreillette qu’il ne serait pas impossible que les morceaux réalisés constituent les nouvelles sonneries de collèges : affaire à suivre à la rentrée donc…

En attendant, on vous laisse vous faire votre propre avis sur ces petites pépites !

Les ateliers ont été menés par Augustin Garnier avec la participation de Nicolas Delmas, Jean-Pierre Maillard, Gioya et Wax Tailor, organisés par la Belle Électrique, les collèges Lucie Aubrac et Fantin Latour.
Soutenus par le dispositif PICC du Département de l'Isère, la DAAC et la DRAC AURA.

En découvrir d'avantage sur l'action culturelle