Actions culturelles

28.11.22

Dispositif Starter • Un parcours scolaire et éducatif pour les jeunes en décrochage

Depuis l'ouverture de La Belle, nos équipes ont mis à cœur de travailler main dans la main avec Antoine Gentil, responsable de la classe Starter à Grenoble. Avec pour objectif de renouer le contact entre adolescent.e.s et monde professionnel, ce dispositif, unique à Grenoble, propose un parcours scolaire et éducatif personnalisé pour des jeunes en situation de décrochage. Chaque année, La Belle organise des rencontres uniques entre ses murs pour favoriser l'accès à la culture et donner aux participant.e.s la possibilité de rencontrer professionnel.le.s et artistes du spectacle vivant.

Mag Starter

Un dispositif unique à Grenoble

Lancé il y a 11 ans par l’académie de Grenoble, le projet Starter a pour ambition de donner une seconde chance à des enfants à la marge du système scolaire. Implanté dans le Lycée Professionnel Guynemer, ce dispositif accueille des jeunes de 14/15 ans du bassin Grenoblois, se trouvant en situation de rupture socio-scolaire et rencontrant, bien souvent, d'importantes problématiques familiales. Ces jeunes, repérés par des professionnel.le.s du secteur social, de l'éducation nationale, de la protection judiciaire de la jeunesse et de la protection de l'enfance, "postulent" pour intégrer le dispositif sur une année.

Antoine Gentil, initiateur et coordinateur du projet les accompagne durant l'année scolaire complète, aidé de collègues partageant cette volonté de construire un projet adapté et personnalisé à chaque enfant.

"Nous on n'est pas des héros par contre, on est des aidants. Et c'est notre métier de les accompagner sur un parcours, pendant un temps qui va faire, on l'espère, référence dans leur vie." (Antoine Gentil • Interview France Inter • 12.10.22)

L'objectif ? Donner la volonté à ces jeunes de réinvestir l'intérêt du parcours scolaire, les "raccrocher" au système et les aider à trouver leur voie. Plus loin, c'est un véritable accompagnement qui leur est proposé toute l'année, tant sur le parcours professionnel que sur le plan psychologique. Antoine Gentil est autant leur professeur qu'une oreille attentive à leurs besoins et leurs éventuelles difficultés. Les familles sont également sollicitées, rassurées et mobilisées très régulièrement puisque qu'Antoine Gentil met un point d'honneur à les appeler chaque vendredi en fin de journée.

"L'essentiel c'est l’indéfectibilité du lien, c'est-à-dire qu'en effet "on ne te lâchera jamais", quoi qu'il se passe, plus tu nous montres que tu as besoin d'aide plus on va être présent autour de toi."

Antoine Gentil • Interview France Inter • 12.10.22

Les mettre sur la voie de la formation

Le Dispositif Starter se veut "professionnalisant". Les semaines sont composées de 28h de cours avec des mathématiques, de l'histoire-géographie, du français (etc) pour les cours dits "classiques", mais aussi de la philosophie, de l'analyse de JT pour un apprentissage ayant pour but d'aider les élèves à se façonner un esprit critique.

Tout au long de l'année, les jeunes partagent leur temps entre la salle de classe et des stages dans le monde du travail. Chaque semaine est ponctuée soit par une sortie (culturelle, professionnelle...) soit par la venu d'un.e intervenant.e du milieu pro. L'ensemble de ces rencontres a pour but de les aider à prendre confiance en eux, leur réapprendre un "cadre" et à faire en sorte que ce cadre soit sécurisant.

Au terme de cette année de "raccrochage", chacun.e passe son brevet : série professionnelle pour la plupart, série générale pour certain.e.s. S'ensuit une longue discussion avec Antoine Gentil sur leurs objectifs pour la suite : ambitions, envies et projets professionnels avec pour objectif l'obtention d'un CAP voire d'un bac pro.

" On fait de la médiation en permanence. Cette médiation elle peut passer par l'usage des savoirs scolaires, elle peut passer par des conflits éducatifs [...] et on peut faire aussi médiation par la culture. Et ça j'y crois dur comme fer. On utilise les espaces culturels grenoblois qui sont nos partenaires, je les en remercie : La Belle Électrique à Grenoble, la MC2... Ce sont des lieux avec lesquels ont fait des projets magnifiques tous les ans et ça fait également grandir les jeunes. Ils ont besoin qu'on utilise tous ces biais là pour les faire grandir. "

Antoine Gentil • Interview France Inter • 12.10.22

Des liens avec La Belle depuis son ouverture

Dès 2015, les équipes de La Belle ont commencé à travailler main dans la main avec Antoine Gentil, porteur du dispositif Starter afin de proposer aux élèves une immersion dans le milieu artistique et culturel. Initialement, cet échange reposait sur l'interview avec trois professionnel.le.s du milieu et trois artistes. Avec les années, la volonté d'inclure une pratique artistique à la réalisation de ces interviews s'est vue naître. Les élèves ont ainsi eu l'occasion de réaliser avec le dessinateur Ben Bert les portraits des personnes interviewées, de s'initier à la photographie et au portrait avec Juliette Rank, de réaliser un clip avec Martin Mey, de faire porter leur voix en radio avec le projet Radio Campus...

En parallèle de ces pratiques sur la saison, La Belle offre la possibilité aux élèves du dispositif Starter d'aller à la rencontre des professionnel.le.s du milieu culturel. Ces temps d'échanges précieux ont ainsi permis aux jeunes du dispositif de partager l'univers de musicien.ne.s/chanteur.euse.s tels que Louise Attaque ou Sopico, mais aussi d'assister à des balances et des concerts. La rencontre chaque année avec des membres de l'équipe de La Belle leur permet de mieux appréhender le fonctionnement d'une salle de spectacle : programmation, communication, restauration, service de sécurité...

Écouter l'émission Apérophonie.

Un bon début • Un documentaire en immersion

Ils ont l’âge d’entrer en troisième et déjà une réputation d’irrécupérables. Pendant des mois, ils ont vécu loin du collège, en rupture presque totale avec la vie scolaire. A Grenoble, une classe unique en France du nom de « Starter » leur ouvre ses portes. Pendant cette année particulière, Un bon début a filmé leur adolescence, difficile et malmenée – mais dont le cours peut encore changer.

A l'affiche au cinéma depuis le 12 octobre dernier, Un bon début est un film documentaire réalisé par Agnès Molia (documentariste) et Xabi Molia (réalisateur). Tourné lors de l'année scolaire 2019/2020, il retrace le quotidien des élèves, enseignant.e.s et adultes qui les accompagnent : réussites, échecs, joies, peines… Une plongée en immersion dans cette classe expérimentale de troisième qui met en lumière le travail permis par le Dispositif Starter et valorise ces jeunes souvent oubliés du système.

Projet Plupio 28

En découvrir d'avantage sur l'action culturelle